fbpx


Surnommée
‘’ la reine des couleurs ’’, l’architecte India Mahdavi s’affirme aujourd’hui comme une icône de la décoration et du design. Du “ Town House ” à Miami au “ Sketch ” à Londres, en passant par “ Chez Nina ”,  à Milan , India sème autour du globe une ‘’ vision du bonheur ‘’, exprimée en Chaises Charlottes, tables aux piétements meringués et lampes en bouquet de fleurs. Regard sur une oeuvre ou couleurs, histoire et cinéma s’entremêlent même dans la plus petite des échelles ! 

The gallery, SKETCH Londres 2014

“Je suis Polyglotte et polychrome” 

Née à Téhéran d’une mère égypto-anglaise et d’un père Iranien, ayant mené une enfance itinérante entre les Etats-Unis, la France et l’Allemagne, India Mahdavi aime se présenter comme une nomade qui s’exprime en couleurs! “ à Paris, la lumière est rose, à Londres, l’herbe est verte et le ciel est gris. À New York, la lumière est orange ou mandarine au lait ”. Son vécu de voyageuse et sa passion pour la couleur sont les moteurs de son travail !

Portrait de villes: Téhéran par India Mahdavi 2018

Elle n’hésite donc pas à convoquer ses souvenirs de Téhéran, sa ville de coeur et de naissance, notamment à travers sa dernière collaboration avec Degournay, autour du papier peint ‘’ Abassi in the sky ‘’, inspirée de l’oeuvre du peintre et calligraphe persan Reza Abassi.

Papier peint Abassi in the Sky 2020

Papier peint  Abassi in the Sky 2020

À travers les boutiques et salons de thé LADURÉE, elle transcrit un fragment de Paris à Beverly Hills, à Tokyo et à Genève. ‘’ C’est l’histoire d’une Marie-Antoinette ressuscitée au XXIème siècle qui nous fait découvrir une expérience onirique, dans son jardin des délices ‘’.

LADURÉE Genève

LADURÉE Tokyo et LADURÉE Beverly Hills 2016/2018

Couleurs pastel, chaises en osier, fleurs et treillis en bois confèrent aux lieux une ambiance à la fois gourmande et féérique, définissant un nouveau langage propre à la marque et à ses origines. 

LADURÉE Tokyo 2018

Composer l’espace comme un cinématographe 

À chaque architecte sa manière d’appréhender un nouveau projet, India Mahdavi, tire son processus conceptuel de sa plus grande passion, le cinéma! En effet, en observant ses travaux, les thèmes évoqués, les couleurs et la symétrie des compositions, il n’est guère difficile de faire le rapport avec le 7ème art et on ne peut s’empêcher de penser à l’univers de Wes Anderson.  

LADURÉE Genève 2016

The gallery, SKETCH Londres 2014

Pour elle, chaque espace s’apparente à un plateau de cinéma, chaque composition, chaque objet doit se créer autour d’un scénario, d’un personnage. 

“ Mon style est cinématographique et dans une certaine mesure caricatural, stylisé et simplifié. C’est une réalité exagérée où  chacun peut être acteur dans son propre film ”

Chez Nina Milan 2018

 

Ons larguech
Apprentie architecte
et flâneuse passionnée