fbpx
  • Architecte : Amin Chakroun
  • Situation : Chotrana 1, La Soukra
  • Surface : 650m²
  • Année de réalisation : 2015
  • Entreprise: Krichen & Ksibi
  • Photographies : Béchir Tayachi

Contexte et projet

Située à la Soukra, dans un nouveau quartier résidentiel, cette villa occupe un terrain de 650m2. Elle est destinée à une famille de cinq personnes : un couple de médecins, deux garçons et une fille. Une certaine confiance a été établie entre l’architecte et ses clients ; il en a résulté une relation faite de proximité amicale et de distance professionnelle. Cette atmosphère paisible, où règne  la confiance entre architecte et clients, a facilité la réalisation de ce projet.

La conception du projet s’est imposée de manière très naturelle, en jouant avec les impositions réglementaires de la zone, les objectifs programmatiques souhaités par le client et les principes de bio-conception. Afin de préserver un jardin considérable, bien orienté, le volume esquisse une typologie en forme de L  qui est répartie sur deux masses, bien articulées autour d’une artère qui transperce tout le projet. Cette dernière constitue l’axe séquentiel qui accompagne le sujet tout au long de sa promenade et divise l’ensemble en deux entités, dont la première abrite l’espace commun et la seconde l’espace privé.

L’ensemble du projet est protégé par une enveloppe blanche qui s’ouvre, déborde sur les façades ensoleillées et se referme là où le vent domine ou le soleil sont gênants.

Matériaux

Le bloc qui renferme les espaces privatifs est pénétré par un volume sur deux niveaux en briques pleines, prononcé à l’entrée et se marie parfaitement avec les pans en bois qui habillent la façade et dissimulent la porte principale. Ce mariage subtil de matériaux procure à cette demeure un aspect campagnard digne de la zone de la  Soukra et rentre dans le registre d’éco-construction ; l’idée ici est de jouer avec la dualité d’un matériau, le bois, symbole de nature et d’un matériau, la brique, symbole de l’activité humaine. Les terrasses couvertes forment une entité fondamentale dans la démarche éco-conceptuelle, de sorte qu’elles se présentent comme des espaces tampons dissimulés dans l’enveloppe protectrice, ou se distinguant par une masse en lévitation qui pénètre le projet.

L’équipe ArchiPill